Comprendre ce qu’est l’Ambazonie: une création des séparatistes

Depuis maintenant deux années, le gouvernement camerounais et ses forces de sécurité luttent afin de restaurer dans les régions anglophones du pays la paix civile.

Les séparatistes terroristes auxquels les membres des forces de l’ordre sont confrontés n’hésite nullement à employer des modes d’actions similaires à ce que l’on rencontre malheureusement parmi des organisations tel Boko Haram. Cette analogie a été faite en premier par l’ONG de lutte pour les droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW), lors d’une enquête effectuée sur le terrain, en interrogeant en particulier des enseignants dont les écoles avaient été visées par les sécessionnistes.

Afin de comprendre ce qu’il se dissimule réellement derrière les motivations apparentes de ces milices qui se réclament de l’Ambazonie, il est justement nécessaire d’analyse à quoi correspond cette entité.

Le mot même “Ambazonie” ne recoupe pas de concept ethnique, national, ni même linguistique. Il s’agit tout simplement, du mot “ambozes” du nom de la baie se situant à l’embouchure de la rivière Wouri, dans la langue locale, qui donnera plus tard en anglais “Ambas Bay” en anglais.

En effet, à la suite de la Première Guerre Mondiale, l’empire coloniale du Reich allemand s’effondre et se retrouve partagé, sous l’œil attentif de la SDN (Société des Nations), entre la France, et la couronne d’Angleterre. Ce sera le cas du Cameroun, dont une grande partie passera sous domination française, alors qu’une plus petite zone sera alloué aux Britanniques.

La décolonisation va permettre aux populations anglophones des actuelles régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest de choisir entre le Nigeria anglophone et le Cameroun francophone. Lors du référendum, les habitants voteront pour le Cameroun.

Mais que recoupe alors le terme d’Ambazonie? En réalité, en ne se basant que sur la distinction entre les locuteurs de l’anglais et du français, les séparatistes ne font que perpétuer une division artificielle créée par la présence coloniale européenne, et plus spécifiquement la France et le Royaume-Uni, hors aucune des deux langues de ces pays ne sont d’origine africaine. Cette mystification “ambazonienne” trouve son origine en 1984 lorsque Fon Gori-Djinka a inventé ce mot afin de défendre son militantisme séparatiste.

Un mot inventé, par un militant qui n’était ni historien, ni géographe, mais qui avait compris la force de la propagande grâce à un seul et unique mot, inventé de toutes pièces: Ambazonie.

S’il est en revanche une réalité expliquant ce militantisme, il est à chercher dans le sous-sol de ces régions, qui sont riches en hydrocarbures. Entre la vérité et l’appât du gain, les séparatistes semblent avoir choisi la seconde option.

Laisser un commentaire