L’avenir des achats frontaliers après le COVID

Sans doute que la crise causée par la pandémie mondiale de COVID-19 a créé un climat commercial incroyablement difficile. L’entreprise fait face à de nombreux nouveaux défis, avec la fermeture des frontières internationales, la fermeture de l’établissement physique et l’isolement des personnes chez eux. Après la crise, tous les gens peuvent attendre à l’amplification des changements avant cette année 2020 plutôt qu’un changement soudain de comportement. Au niveau frontalier, des conflits moraux ou économiques sur la situation des pays peuvent conduire ces évolutions en termes du tourisme d’achat, de revalorisation des produits locale et de consommation de proximité. Dans cet article, vous allez savoir l’avenir des achats frontaliers après le COVID.

Quelles sont les conséquences du choc Corona virus ?

Le coronavirus représente un grand changement pour les frontaliers. Le confinement leur oblige à faire des courses au coin de la rue, dans des surfaces plus petites, bio ou pas. Il va de même pour le drive-in, qui a été rapidement mis en place par les principaux acteurs de la grande distribution. Mais le système de drive n’est pas conçu pour encaisser le rush causé par la crise. Même problème de prorogation pour les portails de commande, qui est définitivement bloquée, avec à la clef des délais de livraison sans fin. Les cartes ont été redistribuées : proximité, circuits courts, et pour la livraison, le précipite les mutations. En fait, si vous ne voulez pas passer du temps dans un magasin, ou sur un parking de drive ; le salut passe par la livraison.

Quel effet la crise sur les livraisons ?

L’utilisation des services augmente en France comme en Suisse. Uber Eats, Deliveroo, Smood et les plateformes alternatives changent d’armes. La symbiose entre les livreurs et les commerçants locaux se développe et se renforce. En Suisse, la livraison se transforme un terrain de reconversion pour les « victimes » de la crise qui veulent tenter de respirer un peu d’air frais. Par exemple Lyreco (matériel de bureau), aux livraisons des rames de papier vers les domiciles des travailleurs en télétravail, le site ajoute maintenant la livraison de nourriture. Il faut fournir une alimentation de qualité. La tendance est de se concentrer davantage sur la qualité de vos aliments. A côtés des produits habituels : pizzas, tacos, hamburgers, les clients commandent désormais l’essentiel comme les fruits, les légumes ou les produits laitiers.

Pourquoi la crise est critique pour le tourisme d’achat des zones frontalières ?

Le résident suisse ne vient plus en France dès la fermeture des frontières. Pour ceux qui ont tenté leur chance, la police suisse a exprimé au motif de « distraction de mission ». Opter pour un ravitaillement moins cher en suisse est également terminé pour les clients frontaliers sans licence. Seuls qui partent en suisse pour des raisons professionnelles peuvent faire le plein et acheter des cigarettes ou s’offrir un bon Toblerone. Les circuits locaux ont évidemment bénéficié de la situation, les petits producteurs de légumes, d’œuf ou de volailles. Achetez directement sur place si possible, ou via des points de vente en ville ou d’un réseau de distribution à domicile. Pendant cette saison effrayante, les consommateurs doivent être assurés de services sûrs et traçables.

Laisser un commentaire