Cameroun : les manifestations illégales pourraient mener à de nombreuses arrestations

Les scénarii de janvier et de juin 2019 ayant mené à l’arrestation des leaders du Mrc se reproduiront-ils ? Le cours des évènements semble conduire à ce dénouement. Le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji et le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun sont sur le pied de guerre. Le patron du commandement territorial, face au maintien des manifestations publiques envisagées par le Mrc, a saisi dans un fax, les gouverneurs des régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest. Dans le but de leurs instruire de réprimer toute tentative de manifestation publique non déclarée.

«Des informations concordantes font état de ce que z les responsables parti politique Mrc vos régions respectives Stop projettent des manifestations illégales à partir du 22/09/2020 Stop en conséquence Stop réitère ma mise en garde rappelée lors de mon point de presse du 07/09/2020 reste d’actualité Stop à cet égard Stop vous demande Stop vouloir bien mettre en place système de surveillance Stop de tous militant et sympathisants dit parti politique Stop il reste entendu que les manifestations non autorisées demeurent interdites Stop», peut-on lire dans ledit document.

Le Minât précise en outre le profil des personnes qui devront être interpellées en cas de manifestations publiques, «…vous procéderez sans faiblesse à interpellation et garde à vue administrative des personnes concernées Stop à savoir Stop primo Stop toutes personnes qui se retrouveront sur la voie publique malgré les interdictions des autorités administratives Stop secundo Stop personnes qui ont lancé mots d’ordre de manifestation par écrit Stop sur plateaux ou antennes Tv et radio Stop ou voie de réseaux sociaux Stop». Toutefois, si le ton est menaçant, Atanga Nji recommande aux forces de maintien de l’ordre de faire preuve de retenue: «Néanmoins Stop prescrire comme d’habitude le professionnalisme aux Fmo lors des opérations de maintien de l’ordre en dépit des actes de provocation dont ils font souvent l’objet».

Répression

Le choix des régions du Centre, de l’Ouest et du Littoral par Paul Atanga Nji n’est pas anodin. Ces parties du pays ont été en 2019, les épicentres des affrontements entre le Mrc et le gouvernement. Ces recommandations de Paul Atanga Nji interviennent quelques jours après que des mesures aient déjà été prises par certaines autorités administratives. L’on se rappelle que le 11 septembre dernier, c’est le gouverneur de la région du Centre qui a pris un arrêté interdisant les manifestations publiques non déclarées.

«Il est interdit à compter de la date de signature du présent Arrêté, et jusqu’à nouvel ordre, toute réunion et toute manifestation publique non déclarée dans la région du Centre. Tout contrevenant aux dispositions du présent Arrêté sera exposé aux sanctions prévues par la Réglementation en vigueur», indique le Patron de la région du Centre. Cette sortie du gouverneur de la région du Centre intervenait quelques jours après celle de Paul Atanga Nji. Le ministre de l’Administration territoriale au soir de la convocation des collèges électoraux avait mis en garde le Mouvement pour la renaissance du Cameroun.

Laisser un commentaire